Général

Le détecteur de fumée est indispensable si vos chauffages sont anciens

En un clin d’œil, l’incendie peut emporter nos biens et notre vie. Il est maintenant possible de se prémunir efficacement contre les risques d’incendie qui nous guettent au quotidien avec les détecteurs de fumées. Ces derniers doivent notamment équiper notre maison pour notre sécurité et celle de nos biens. En effet, depuis le 8 mars 2015, la loi prescrit que toutes les habitations doivent avoir au moins un détecteur de fumé. Par ailleurs, lorsque notre maison est dotée d’équipements quasi défectueux comme les chauffages anciens, l’installation de détecteurs de fumées au sein de notre foyer devient vitale. Explications.

Le détecteur de fumée à la loupe

Le détecteur de fumée est un gadget à la pointe de la technologie qui sert à détecter les débuts d’incendies qui se manifestent par des fumées. Une fois que le détecteur capte de la fumée, il émet un signal sonore pour prévenir les résidents de la maison où ils sont présents. C’est pourquoi il est appelé détecteur et avertisseur autonome de fumée (DAAF). Il est autonome, car il fonctionne à l’aide d’une pile, mais ne dépend du secteur. Cependant, il y a des détecteurs de fumée fonctionnent sur secteur, mais sont dotés de pile de secours pour garantir leur fonctionnement même en cas de coupure de courant.

Il existe notamment deux sortes de détecteurs de fumées : Le détecteur de fumée par ionisation d’une part et le détecteur de fumées à cellule photo-électrique d’autre part. Le premier détecte un feu qui évolue rapidement et qui est accompagné de flammes. Tandis que le second détecte un feu qui couve et produisant beaucoup de fumées et quasiment pas de flammes. Toutefois, ces deux mécanismes de détection peuvent être réunis chez certains modèles de détecteurs de fumées.

Le détecteur de fumée et le détecteur de monoxyde de carbone

Le détecteur de fumée est utilisé exclusivement pour capter les fumées qui se dégagent dans la maison et il ne doit pas être confondu avec les détecteurs de monoxyde de carbone. Ces derniers détectent donc le monoxyde de carbone, un gaz inodore, invisible et nocif émis surtout par les systèmes de chauffages intérieurs. Néanmoins, ils peuvent être utilisés aussi pour prévenir du début d’un incendie. En effet, le monoxyde de carbone se dégage lors de la combustion de matières carbonées comme le bois, les papiers, etc. Donc, même si la fumée ne se forme pas encore, le monoxyde de carbone lui se propage déjà. Ainsi, les habitants d’une maison qui en sont dotés sont prévenus bien à l’avance d’un incendie.

Le risque élevé d’incendie avec les chauffages anciens

Les équipements de chauffages intérieurs figurent parmi les premiers responsables des incendies domestiques. Il est question ici des chauffages à combustions qui fonctionnent au gaz, au fioul ou au bois et qui sont dotés de conduits de fumée (cheminée, chaudières, poêle à bois). Quand ils ne sont pas ramonés régulièrement et efficacement, ces conduits de fumée deviennent des sources importantes d’incendies domestiques. Le ramonage consiste à enlever les cendres et débris divers engendrés par les fumées et qui s’amassent dans ces conduits. S’ils sont trop épais, ces débris sont susceptibles d’occasionner des incendies et des intoxications aux gaz nocifs. Plus le chauffage est ancien, plus il produit beaucoup de fumée et donc le conduit d’évacuation de fumée nécessitera plus souvent de ramonage.

Cependant, pour éviter les risques d’incendie et les oublis de ramonage, vaudrait mieux équiper votre maison d’un détecteur de fumée. D’ailleurs, la plupart des composantes des chauffages anciens sont défectueuses et peuvent donc occasionner facilement un incendie. C’est pourquoi les maisons équipées de systèmes de chauffages anciens ont vraiment besoin d’avoir un ou même plusieurs détecteurs de fumées. De plus, il faut ajouter un détecteur de monoxyde de carbone pour une sécurité optimale.